Asie centrale

Tadjikistan – 2 – Le Pamir

La poursuite de notre traversée du Tadjikistan démarre de Douchanbé par la M41 (Pamir Highway). La M41 est une route créée par les russes au 19° siècle, ayant une position stratégique de part sa proximité avec La Chine, L’Afghanistan et Le Pakistan. De Douchanbé au col de Kyzyl Art (frontière avec le Kirghizstan), elle représente environ 1100 kms, passant par des cols jusqu’à 4700 m. Elle est devenue accessible « à tous » à partir de 1991, au moment de l’indépendance du Tadjikistan. C’est une route mythique de part son altitude (2° route la plus haute au monde) et de part la beauté de la région qu’elle traverse, le Pamir, plateau à en moyenne 3000 m d’altitude. La route est plutôt en très mauvaise état, composée de parties goudronnées et de pistes en tout genre en fonction des portions traversées. La vie des habitants dans la région tourne autour de l’élevage et des cultures, notamment dans la vallée du Wakhan le long de la rivière la Pjang.

De Douchanbé à Kala-i-Khumb
(M41 (voie nord) – env. 300 kms)

Une ascension progressive nous fait prendre de l’altitude pour rejoindre le col de Khaburabot (3252m) avant de redescendre vers Kala-i-Khumb.

Nous passons à côté du barrage de Roghun, en cours de finalisation car en exploitation, il est le plus haut barrage du monde (335 mètres). Nous ne pouvons y accéder car les militaires nous en refusent l’accès. Ce tronçon fait l’objet de 3 chekpoint (vérification passeport / Visas, papiers et enregistrement du véhicule), avec notification manuscrite de notre passage dans de grands cahiers :-). Une partie de la M41 est fermée (sans annonce préalable), après un petit enlisement et tracté par des bergers qui possédaient un tracteur, nous sommes guidés vers un passage alternatif (passage de gué et chemin en terre raide et sinueux). Notre premier bivouac à 3200 m (col de Khaburabot) nous offre un panorama magnifique. La descente le lendemain du col vers Kala-i-Khumb (environ 30 kms) est réalisée sans rencontrer un seul véhicule. Nous avons parcouru ce tronçon en env. 13h. C’est une des parties que nous avons trouvé la plus difficile de la Pamir Highway.

La Transhumance
Checkpoint en vue après passage du Gué
Col de Khaburabot

Kala-i-Khumb – Khorog – Langar
(M41 : 250 kms Kala-i-Khumb – Khorog – 220 kms de Khorog à Langar – vallée du Wakhan)

La rivière Pianj

A partir de Kala-i-Khumb, nous longeons la rivière Pianj (rivière qui marque la frontière entre Le Tadjikistan et l’Afghanistan sur une longueur de 470 kms jusqu’à Langar, au-delà de Khorog, vallée du Wakhan). Cette partie nous fait découvrir les nombreux « oasis » tant côté Tadjik que côté Afghan. Les villages traversés sont verdoyants dû à l’abondance de l’eau et l’utilisation qui en est faite par les locaux pour les plantations (arbres et cultures). Beaucoup des constructions sont à toit plat et en pisé. A flanc de montagne, de l’autre côté de la rivière, côté afghan, nous pouvons voir des sentiers étroits et raides appelés « ovrings » qui longent la rivière sur ces 470 kms. Ils nous permettent pendant tout notre trajet d’observer « la vie » afghane : on peut se saluer, voir les paysans porter leur foin sur le dos en descendant les pentes abruptes, voir les enfants se baigner dans la rivière, voir les femmes faire leur lessive et étendre leurs gigantesques tapis sur le sol, observer les vélos, sides et motos… pas des plus modernes, les habitants à dos d’âne, et même une caravane à cheval sortant tout droit des contes des milles et une nuits.

La Pianj – Oasis afghan
Les ovrings afghans
Paysans afghans ramenant le foin sur les pentes abruptes
Khorog

A partir de Khorog, nous quittons la M41 pour parcourir La vallée du Wakhan toujours en longeant la rivière Pianj, où nous ne passons pas un village sans être salués par les gens au bord de la route. Si nous nous arrêtons, il y a forcément quelqu’un qui vient nous parler, savoir d’où on vient et si on veut manger, toujours avec une extrême gentillesse et des sourires francs. Sur ce parcours, la Vallée du Wakhan va de Ishkashim à Langar côté Tadjik mais se prolonge en Afghanistan, c’est le corridor du Wakhan. Elle se caractérise par son côté verdoyant et ses espaces cultivés et arborés irrigués par des canaux de toute part, l’eau y est abondante grâce aux sommets environnants (sources et cascades). Les montagnes de l’Indu Kush et leurs sommets enneigés qui pointent à 6500 m donnent un spectacle magnifique tout au long de notre parcours. Nous sommes passés par plusieurs sources d’eau chaude, les forteresses de Khaakha et de Yamchun, et les Pétroglyphes de Langar.

Vallée du Wakhan
Vallée du Wakhan
Vallée du Wakhan

Sur cette partie, nous avons fait de nombreuses rencontres toujours très agréables et sympathiques:

Les locaux : bergers, routier, guides et touristes tadjiks qui s’efforcent tous de rentrer en contact pour échanger où nous conseiller malgré la barrière de la langue. Ces petits échanges sont un bonheur partagé.

Les touristes : principalement européens, des cyclistes allant pour certains d’un séjour de 3 semaines à plus d’une année pour d’autres. Des motards faisant Londres/ Pékin pour certains, Bangkok / Paris pour d’autres, organisés en groupes suivis d’une assistance. Ces échanges nous permettent un partage de nos expériences et de nos projets.

De Langar à Bulunkul
(Vallée du Wakhan – Col Kargush : 100 kms)

A partir de Langar (Alt. 2750 m), nous attaquons l’ascension vers le col de Kargush à 4300 m où nous passons la nuit. Comme à de nombreuses reprises précédemment, nous dépassons de nombreux troupeaux qui avec l’étroitesse de la piste demandent quelques efforts tant du côté des bergers que du nôtre pour passer.

De Kargush à Bulunkul, la piste est plutôt large mais constituée bien trop souvent de tôle ondulée. La descente se fait tranquillement au sein d’une montagne aride et désertique où nous nous sentons seuls au monde, croisant 4 véhicules dans la journée. Nous rejoignons la M41, vers les magnifiques lacs de Bulunkul aux eaux turquoises pour certains et asséchés pour d’autres, offrant tous des paysages féériques..

De Bulunkul à la frontière Kirghize (col de Kyzyl Art) (M41 – env. 320 kms)

A partir de Bulunkul, nous maintenons une altitude de 4000 m, passons plusieurs jours sur le plateau, traversons les « villes » de Alichur et Murghab. Nous découvrons de nouveaux paysages en allant notamment près de l’observatoire abandonné de Shorbulag où nous verrons, grâce à une météo clémente, le mont chinois Muztag Ata (7509m).

Partant de Murghab, nous passons ensuite le col d’Ak Baïtal , point culminant de la Pamir Highway (4655m). Nous descendons ensuite vers le lac Karakul (4000 m) pour y passer une nuit dans un paysage désertique et isolé, mais toujours magnifique.

Lac Karakul

Notre dernière étape au Tadjikistan en partant de Karakul est le passage par le col de Kyzyl Art (4336 m) avant le passage au Kirghizstan. Le passage de la frontière Tadjike est mémorable et indescriptible :-). 18 kms séparent les 2 postes de contrôle Tadjik et Kirghiz par une piste non entretenue, nous sommes dans une zone entre les 2 pays …

Pendant toute cette période nous avons eu une météo excellente, des journées ensoleillées avec des températures d’altitude allant de 10 à 20° et des nuits entre -3° et 2°. Notre organisme a dû s’habituer à cette prise d’altitude sans que cela nous procure de difficultés majeures (MAM). Les routes et pistes de ces plus de 1200 kms parcourus sont un sujet à part entière 🙂

Le Trajet

La Pamir Highway (M41) se prolonge jusqu’à Osh au Kirghizstan où nous sommes depuis 2 jours.

Galerie photos du Pamir (on sait, il y en a beaucoup 🙂 … et il y en a d’autres 🙂 )

A bientôt pour de nouvelles découvertes…

9 commentaires

  • Maggy

    Je n’en crois pas mes yeux : c’est encore plus beau que ce qu’on a déjà vu ! Je serai obligée de regarder à nouveau les photos sans me laisser submerger par l’émotion cette fois : he oui, je l’avoue, j’e n’ai pu retenir mes larmes devant tant de beauté. Et je sais bien que les photos ne rendent pas la réalité de ces immensités. Ouah, les couleurs, la moindre tache de couleur au milieu de ces immensités minérales, la force de vie qui s’en dégagent …. bref, c’est magique. Mille fois merci du partage et à bientôt

  • GAROCHE Brigitte

    Non….il n’y a pas trop de photos ! on en redemande tellement ces paysages sont fabuleux.
    Je retrouve comme un air d’Amérique du sud, le Chili, le désert d’Atacama avec ses lacs en altitude.
    Continuez à nous faire rêver….
    Brigitte Garoche

  • Baudry Gérard

    Super, magnifique, on en bave de jalousie, là ,c’est vraiment l’aventure, en revenant vous allez trouver la Vendée bien fade .
    Le périple se passe bien , mais faites bien attention à vous.
    A bientôt
    Gérard et Odile

  • Manue et Bob

    coucou les z’amis !
    On attendait avec impatience de vos nouvelles et des photos 🙂 Elles sont magnifiques ! C’est le vrai dépaysement ! même si au bout du monde, à dos d’âne, l’homme a un portable à l’oreille !!! Vous êtes quand même des aventuriers quand on voit l’état des pistes ….Vous avez de la chance de profiter d’une météo clémente car ici on a du vous dire que depuis que vous êtes partis c’est froid, gris, pluvieux , venteux et même tempétueux 🙁
    bonne continuation Grosses bises Manue et Bob

  • Marie-Louise GODARD

    Vous êtes vraiment sur une autre planète.

    Je n’ai pas de mots assez forts pour décrire ce que je ressens en découvrant ces paysages : immenses, grandioses, magnifiques, époustouflants.
    Si le mal des montagnes ne vous a pas trop gêné, le camion n’a pas eu de problème particulier non plus ?

    Un voyage inoubliable même pour nous devant notre « petit » écran.

    Réflexion de Paul en voyant l’état des pistes : on comprend pourquoi vous avez acheté un 4X4 !….

    On vous suit passionnément.

    Marie-Louise et Paul

  • Patou

    Olala!!! On croirait parfois que vous êtes sur la lune!!! Les photos sont magnifiques!!! Prenez soin de vous…( Ha! oui j’aurai aimé voir vos nouvelles coupes de cheveux…)Bisous

  • Evan Favry

    Ça fait plaisir de voir que c’est toujours aussi beau 🙂
    Si on eu stephan, ban d’accord ces pas dans cette album, mais tu compte leur apporter la culture du père-noël nan ? Mdr
    Quel barbe 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *