Asie centrale

Ouzbékistan – 2

Après avoir profité d’un peu de nature au lac d’Aydar Qo’li, nous partons à la découverte de Samarcande.

Samarcande

Le nom de Samarcande évoque inexorablement la route de la soie. En 329 av. JC, Alexandre le Grand s’empare de la ville : « tout ce que j’ai entendu sur Marakanda est vrai, sauf qu’elle est encore plus belle que je ne l’imaginais « .

Les monuments édifiés par Tamerlan(14 ème) la rende magnifique. Le Régistan est un ensemble de 3 madrasas majestueuses couvertes de majoliques (faïence italienne) et de mosaïques bleu azur situées au cœur de la ville. Le soir, elles s’illuminent et les gens s’assoient face à ce beau spectacle. On a aussi pu admirer : mosquées et mausolées, lieux de pèlerinage pour les locaux.

Pendant ces quelques jours, il a fait très chaud, nous avons adapté notre rythme. Nous avons croisé d’autres français voyageurs aux longs cours Luc et Val et les Gali et Compagnie (galietcompagnie.com), ils nous ont partagé leur passage en Iran. Nous avons eu des échanges sympathiques avec les locaux, toujours très accueillants. Nous garderons de Samarcande de très belles images.

Régistan
Régistan
Chah-i-Zinda

Tachkent et ses environs

Le frigo s’est dangereusement vidé et nous sommes ravis d’arriver dans la capitale pour trouver de quoi faire le plein. Nous nous installons devant un hôtel pour avoir un ovir et nous passons la soirée avec un couple de jeunes hollandais, Sébastiaan et Femme (oostblokjeom.nl), croisés à Samarcande, encore une belle rencontre ! Nous profitons du passage dans la capitale pour faire une révision de notre véhicule chez Mercedes et de passer à l’ambassade de France pour quelques renseignements. Tachkent n’a pas le cachet et le charme des villes historiques mais nous y apprécions les grands parcs arborés et le métro où chaque station est couverte de marbre et de luminaires étonnants. Sur les conseils d’un couple ouzbek, nous allons passer un peu de temps au lac chorvoq, magnifique fond de vallée en pleine montagne. Nous prenons ensuite la direction de la vallée de Fergana.

Parc Navoï
Métro

Vallée de Ferghana

Large cuvette plate (22 000 km2) arrosée par le Syr Daria, elle constitue un territoire fertile (fruits, légumes et coton pour l’essentiel). Nous passons le magnifique col Kamtchik avant d’atteindre la vallée et passons la nuit au bord du grand canal de Fergana, des ouzbek nous offrent des légumes et nous installent près de leurs vignes.

Vallée de Fergana
De grands canaux irriguent les propriétés aux cultures luxuriantes

Marguilan, ville de fabrication de soie et de coton, nous faisons une visite guidée de l’atelier Yodgorlick, d’un grand intérêt pour comprendre le processus de fabrication de la soie.

Du cocon au fil de soie

Fergana, une petite halte dans un hôtel pour avoir un ovir, nous profitons du confort (piscine, bar, lavage du linge, …) avant de finir notre découverte de l’Ouzbékistan en prenant la direction de Kokand, dernière ville ouzbèke visitée.

Richtan, une petite ville qui fournit la majorité des céramiques du pays. La visite du magasin / musée (en français) nous a permis de mesurer l’ampleur du travail réalisé manuellement.

La finesse et la précision pour un résultat unique

Kokand

Ville proche de la frontière Tadjike où nous visitons une madrasa et le palais du Khan en rénovation. Une pause pour l’organisation de notre passage au Tadjikistan par la frontière de Konibodom.

Restauration du Grand Palais du Khan

Regards sur l’Ouzbékistan

Après presque 3 semaines passées dans le pays, nous avons apprécié l’hospitalité des ousbeks, les richesses historiques des villes de la route de la soie, mais aussi les régions moins touristiques de désert, de montagnes et de plaines, ces dernières plus agricoles et qui offrent un autre visage de ce pays.

Les véhicules dans le pays roulent majoritairement au gaz naturel, le diesel y est donc assez rare et d’un raffinage de qualité médiocre. Nous avons quand même trouvé une station dans la capitale proposant de l’Euro Diesel. Par contre pas de problème d’approvisionnement en GPL / Propane (et ce depuis notre départ de France).

Nous ne pouvons pas terminer cet article sans reparler des OVIR (Enregistrement de nos localisations pour l’administration ouzbèke). Ce dispositif qui existait jusqu’à récemment avec un enregistrement tous les 72h, a ou aurait été assoupli. Vrai flou pour les touristes indépendants comme nous, chacun pratique différemment. Le passage de la frontière en sortie nous en dira peut-être un peu plus …

Galerie photos de L’Ouzbékistan 2

A bientôt pour de nouvelles découvertes …

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *